jeudi 7 mai 2015

Collection de sujets BAC Philosophies

SUJET N° 1
Notre connaissance du réel se limite-t-elle au savoir  scientifique
SUJET N° 2
La philosophie ne peut pas se passer d’une réflexion sur les sciences ?
SUJET N° 3      
« Il vaut mieux pencher  vers le doute que vers l’assurance ».
Que pensez-vous de cette affirmation de Montaigne ?
SUJET N° 4       
Peut-on se fier totalement à la science ?
SUJET N° 5
Faites l’analyse ordonnée du texte suivant en vue de dégager son intérêt philosophique.
« L’homme est de par sa nature animal fait pour la société civile. Aussi quand même n’aurait-on besoin les uns des autres, n’en désirerait-on pas de vivre ensemble. A la vérité, l’intérêt commun nos rassemble aussi, chacun y trouvant le moyen de mieux vivre. Voilà donc notre fin principale, commune à tous et chacun en particulier. On se rassemble ne fut-ce que pour mettre sa vie en sûreté. La vie même est une sorte de devoir pour ce à qui la nature l’a départie, et quand elle n’est pas trop excédée de misère, c’est un motif suffisant pour rester en société.
Mais ce n’est pas seulement pour vivre ensemble, c’est pour bien vivre ensemble qu’on s’est mis en Etat. Sans quoi la société comprendrait les esclaves et même les autres animaux. Or, cela n’est pas. De tels être ne prennent aucune part au bonheur public, ni ne vive à leur  volonté »
                                                                                                                                                  ARISTOTE, la politique.
SUJET N° 6
Faites l’analyse ordonnée du texte suivants en vue de dégager son intérêt philosophie.
« Toutes les fois que nous délibérons pour savoir  comment nous devons agis, il y a voix qui parle en nous et qui nous dicte : voilà ton devoir. Et quand nous  avons manqué à ce devoir qui nous a été ainsi présenté la même voix se fait entendre et proteste contre notre acte parce qu’elle nous parle sur le ton de commandant, nous sentons bien qu’elle  doit émaner de quelque être  supérieur à nous mais cet être, nous ne voyons  pas clairement qui il est, ni ce qu’il est (--). C’est la société qui en nous enformant moralement, a mis ces sentiments qui nous dictent si impérativement  notre conduite, ou qui réagissent avec notre énergie, quand nous refusons de déférer à leurs injonctions.
Notre conscience morale est son œuvre et l’exprime : quand notre conscience parle, c’est la société qui parle nous »
E.DURKHEIM : L’éducation morale


Laza adina N° 1
Vofetra ho eo amin’ny fahaizana siantifika ihany ve ny fahalalantsikany zava-misy
Laza adina N° 2
Tsy afa-miala amin’ny fandinihana momba ireo siansa ny filozofia. “ahoana ny hevitrao momba izany?
Laza adina N° 3
« aleo mirona mankany amin’ny ahiahy toy izay mankany amin’ny fitokisan-tena.” Ahoana ny hevitrao momba ity fiheveran’ny Montaine ity?
Laza adina N° 4
Azo itokiana tanteraka ve ny siansa?
Laza adina N° 5
Fakafakao amin’ ny fomba mirindra ity lahatsoratra ity ary asongadino ny lanjany ara-pilozofia.
“Araka ny natiorany dia biby natao hiaina ao anaty fiarahamonina ny olombelona. Koa na dia tsy nilaina azan y fisian’ny hafa, dia efa notsiriritina ny hiara-miaina. Raha ny marina, tsaratsara kokoa ao ny tsirairay. Izay izany ny tanjontsika voalohany, iraisan’ny rehetra sy ho an’ ny tsirairay manokana. Mitambatra na dia ho  fiarovana ny aina fotsiny aza isika. Ny fiainana aza dia efa karazana adidy mihitsy ho an’ireo izay nitsinjaran’ny natiora azy, koa rehefa tsy dia ianjadian’ny fakoriana be loatra izy, dia efa antony ampy izay mba hijanonany ao amin’ny fiarahamonina.
Na dia izany aza, tsy ny hiara-miaina fotsiny ihany akory, fa ny hiara-miaina ampamendrehana no nivondronana ho fanjakana. Raha tsy izany no izy, dia ireo andevo ary angamba koa ireo biby no handrafitra ny fiarahamonina. Kanefa, tsy izany no izy. Ny voaary toy ireo dia tsy mandray anjara velively amin’ny fahasambarana iombonana, na koa tsy miaina arak any safidiny”.
ARISTOTE, la politique.
Laza adina N° 6
Fakafakao amin’ny fomba mirindra ity lahatsoratra ity mba hampisongadina ny lanjany ara-filozofia “isaky mandinika isika hamatatra hoe: ahoana no tokony hitondrantsika tena, dia misy hatrany feo mibitsika ao anatintsika manao hoe:izao no adidinao. Ary rehefa tsy nanatanteraka io adidy natolotra antsika arak’izany io isika, ilay feo ihany no injao manako sy manohitra ny ataontsika. Noho ilay feo miteny amintsika amin’ny endrika fibaiko, dia tsapantsika tsara fa tsy maitsy ho nopoitra avy amina fisiana ambony noho isika izany, nefa io fisiana io dia tsy hitantsika mazava hoe iza izy io, na inona izy io (----). Ny fiaraha-monina amin’izy mamolavola antsika ara-moraly, na nametraka ireo fihetseham-po izay mandidy ny fitondra-tenantsika amin’ny fomba hentitra, na manohitra amin’ny alalan’ny herintsika koa rehefa mandà ny hankato ireo baiko isika. Asa ny sady maneho azy ny feon’ny fieritreretantsika; rehefa miteny ny fahatsiarova-ntenantsika dia ny fiarahamonina izay no miteny.”
E.DURKHEIM: Education morale.